Burkina-Faso-Banque agricole-Entrepreneuriat

Le Burkina-Faso va bientôt créer une Banque agricole!

Publié le Mis à jour le

L’agriculture, cette activité  pratiquée  à plus de 70% des populations africaines, plus particulièrement les femmes(nos mères et sœurs), mérite une vraie stratégie innovante pour le  développement et le bien-être de nos populations.

C’est ce cadre que le pays des Hommes intègres, le Burkina Faso va créer une nouvelle  banque agricole. L’agriculture,  un secteur dans lequel  plus de 80% de la population active s’active et qui  contribue à plus de 40% du produit intérieur brut (PIB) du Burkina-Faso, a déclaré jeudi 21 juillet 2016, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

Devant les promoteurs des établissements financiers, le 1er ministre burkinabe a soutenu que le système financier du Burkina Faso est caractérisé par une certaine « incomplétude » dans la mesure où il est composé de Banques générales qui hésitent à s’engager dans les secteurs jugés trop risqués tels que l’agriculture et l’élevage.

La création de cette  « Banque Koura » (un peu de  mandingue) pourra contribuer à relever les nombreux défis et   corriger les faiblesses structurelles de ce secteur si stratégique », selon toujours le 1er ministre.

Il a ajouté(Paul Kaba Thiéba) que « la plupart des concours consacrés au secteur agricole ne représente que 3,5% du total des financements bancaires du Burkina Faso ».

Le Burkina Faso, pays sahélien d’Afrique de l’Ouest, possède une économie qui repose essentiellement sur l’agriculture, confrontée à des aléas climatiques et un manque de financement.

Le Premier ministre a soutenu que le paysage bancaire du Burkina Faso est constitué actuellement de 13 Banques, mais le pays « se retrouve sans aucune banque dédiée spécifiquement au financement de l’agriculture« .

Début mai, le président Burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré avait annoncé la création « des lycées agricoles et d’élevage » afin d’inciter les jeunes à s’intéresser à ce secteur.

Selon les statistiques officielles, un tiers des 45 provinces que compte le pays est déficitaire sur le plan céréalier, alors que 3,2 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire, ont été recensées. Situation qui  avait contraint le gouvernement à mobiliser 30 milliards de francs CFA pour un plan d’urgence.

Je rappelle que la création de cette Banque est une  promesse  du Président du Faso, lors de la dernière journée nationale du paysan (JNP).

Il faut savoir qu’au Burkina-Faso, c’est  seulement 15% des producteurs qui bénéficient de crédits bancaires. Les producteurs ont besoin alors d’un ensemble de conditions pour contribuer de façon plus conséquente à la croissance économique du pays. C’est ici, tout l’enjeu de la future banque agricole que les paysans attendent depuis 2004.

Avez-vous compris,depuis 2004, et l’autre( le réfugié Ivoirien devenu iiivoirien)  en a fait combien d’années au pouvoir? Mais le problème a demeuré!

Une  rencontre a été initiée, avec les organisations de producteurs qui  visait à recueillir leurs réactions sur le travail préparatoire effectué par des experts. La démarche participative est privilégie afin que cette institution financière soit viable.

Car elle devrait favoriser l’amélioration de la maîtrise de l’eau, de la productivité agricole, le développement de l’entrepreneuriat agricole et agro-alimentaire, l’amélioration de la résilience de l’agriculture et de l’élevage aux risques agro-sylvo-pastoraux, halieutiques et fauniques. Et enfin, avec cette Banque, le Burkina Faso devrait   bénéficier d’une agriculture moderne et compétitive.

Alors, vous avez aimé l’article, cliquez sur ‘SUIVRE » à droite, pour être informé en temps réel de l’infos positive africaine!

 

Source: EcoduFaso 

 

 

 

Publicités