Bénin Patrice Talon destitution des maires éducation intégration africaine

Voici 3 décisions phares du régime de la rupture de Talon!

Publié le

 

En examinant la situation actuelle de l’Afrique, il pourrait en sortir qu’elle a longtemps souffert et souffre  encore d’un leadership déterminé, mais cela ne  veut pas dire qu’il n y’a jamais eu de leaders, bien que sur,OUI!

Mais tous assassinés ou…Vous connaissez la suite!

Mais depuis maintenant  quelques années, avec l’émergence et l’apparition sur le marché mondial de nouveaux pays lions ( Chine, Inde, Brésil, la Russie…) tout semble prendre une nouvelle tournure!

Soudainement, les partenaires classiques (USA et l’UE) ont perdu beaucoup de terrains conquis. Puis que la diversification de partenaires s’impose! Ce qui a permis ou qui permet à l’Afrique de reculer d’abord ensuite faire son choix, entre les  différents prétendants.

Donc aujourd’hui, nous allons jeter 3 petits  coups d’œil  sur le régime Patrice  Talon au Bénin?

Le 1er coup d’œil touche, la gouvernance

Il y a maintenant  quelques semaines qu’une destitution massive a été mise en cours visant plusieurs  maires, parmi lesquels figurent  les maires, Mathias Djigla de la commune d’Allada, Karimou Adamou Souradjou de la troisième commune à statut particulier du Bénin, Parakou, et Alexandre Zannou de la commune de Bonou.

 Motifs

Ces élus locaux sont accusés, de manque de confiance, de gestion opaque, de  mauvaise gouvernance des ressources de la commune ou  de gestion autoritaire pour ne citer que celles-ci. Ce  sont des raisons souvent évoquées par les conseillers protestataires à fin de destituer leurs maires.

En plus de ces trois communes citées plus haut,  d’autres communes telles, Djidja, Abomey, Glazoué… Attendent, avec impatience, l’aboutissement de ce processus  de destitution déjà enclenchée. Selon des rumeurs  qui circulent, le régime Talon pourrait être caché derrière  ce vent qui souffle.

Mais jusque là, il n’existe aucune preuve fondamentale qui prouve que le régime de la rupture serait impliquée.

Le 2è coup d’œil, éducation

Le ministre béninois des enseignements maternels et primaires, Salimane Karimou a procédé mardi 21 septembre 2016, à un grand ménage dans les écoles primaires publiques du pays. En effet, 618 directeurs d’école primaire, sur toute l’étendue du territoire national, ont été relevés de leur fonction pour insuffisance de résultats. Une mesure du Ministre qui apparaît comme une sanction administrative contre ces directeurs d’école suite aux résultats catastrophiques du dernier examen du Certificat d’Etude du Primaire (CEP).

Selon certains observateurs, cette mesure est l’une des réponses du gouvernement du Président Patrice Talon aux défaillances observées dans l’enseignement maternel et primaire du Bénin. Mais pour d’autres, cette mesure du Ministre Salimane Karimou serait un coup d’épée dans l’eau si des dispositions pratiques ne sont pas prises pour doter les écoles de moyens adéquats et de personnels qualifiés épris de rigueur et de sens patriotique pour redonner au système éducatif du pays toutes ses lettres de noblesses. Rappelons qu’au dernier examen du CEP, le pays a enregistré son plus bas taux de réussite (39 %).

Ce qui est très dangereux, pour un pays  qui aspire au développement!

Et enfin le 3è coup d’œil, l’intégration africaine

Cette infos avait fait le tour de la toile!

Résultat de recherche d'images pour "Talon au Rwanda"

Si l’Afrique est le berceau de l’humanité, le Bénin  est, sans doute, le berceau de l’intégration africaine. C’est du moins la conclusion qu’on peut tirer de l’annonce faite par le président béninois, Patrice Talon  lundi 29 août 2016 à Kigali au Rwanda où il  était à son 1ère  visite officielle.

Voici ce qu’avait déclaré le président de la rupture, selon lui, ce jour là dans la capitale rwandaise, Kigali

 J’ai décidé que le  Bénin n’exigera plus de visas à d’autres africains

Une décision qui, selon certains observateurs, est un signal fort en faveur de l’unité africaine qui peine à se concrétiser. Ainsi le Bénin s’ajoute aux  autres pays africains, tels le Rwanda, le Mali…  à franchir ce rêve que certains croient impossible, l’Unité africaine.

Il faut souligner que cette décision du président Talon s’inscrit certainement dans sa vision de positionner le Bénin sur la carte touristique du continent. En effet, le chef de l’Etat béninois nourrit le rêve de faire de son pays, riche de ses ressources culturelles et touristiques inexploitées, une vraie industrie pourvoyeur d’emploi.

Et si tous les autres pays africains qui n’ont pas d’abord  emprunter le pas, imitent le président Talon!

Alors vous avez aimé, abonnez-vous en cliquant sur le bouton bleu « SUIVRE » à droite ou rebloguez et commentez en bas, Merci!

 

Source: Bénin Web TV