Afrique centrale Congo-Cameroun université commune

Bientôt, une université commune entre le Congo-brazza et le Cameroun!

Publié le

En 1963, l’Afrique était divisée entre 2 théories, la 1ère voulait l’unité du Continent par étape, c’est à dire en organisation sous-régionales puis vers l’unité commune, et la 2ème, elle, demandait l’unité complète du Continent sur place.

Le 1er camp composé de: Léopold Sédar Senghor , Houphouet Boigny…, le 2ème  camp opposé au 1er, était constitué d’ Ahmed Sékou Touré, Kuamé Nkrumah ,MODIBO KEÏTA

Mais, le 1er camp avait emporté la bataille et NON la guerre, sur l’autre camp!

Et aujourd’hui, l’Afrique se trouve dans le tourmente de cette fausse théorie soutenue et voulue par le Colon! Sinon, dites-moi, si la Cédéao, la Cémac, l’Uemoa…ont réussi à unir les populations, politiquement, économiquement, militairement,territorialement Etc!

Alors que, l’unité culturelle des populations n’est nullement plus contestée!

Deux pays (le Congo-brazza et le Cameroun) de l’Afrique centrale, une région  très riche en ressources naturelles, réunie dans ce qu’ils ont appelé, La Cémac est la plus désintégrée, où les populations se sentent  plus pauvres et plus meurtries!

Alors, c’est  plus 60 ans après que ces 2 pays décident de faire ce qu’ils auraient dû   faire, depuis très longtemps!

Pour leur intégration sous-régionale, le Congo et le Cameroun ont décidé de  mettre en place un projet commun de création de l’Université inter-États Congo-Cameroun.

Conçue pour accueillir des étudiants camerounais et congolais dans les localités de Sangmélima (Cameroun) et Ouesso (Congo).Cette Université inter-États Congo-Camerounaise  pourrait lancer ses activités à la prochaine rentrée académique (octobre-novembre), selon les autorités des deux pays.

Dans cette perspective, le ministre congolais de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard Itoua, et l’ambassadeur du Cameroun au Congo, Hamidou Komidor Njimoluh, ont examiné ensemble, le 4 août 2016, l’évolution du projet.

Selon le ministre en question,

Dans les jours à venir, les experts vont finaliser leur travail et présenter les documents au gouvernement, avant de se rendre au Cameroun. Cette université abritera les étudiants des deux pays.

D’après la programmation des deux gouvernements, la ville congolaise de Ouesso abritera les filières agro-forestières, ainsi que celles dédiées aux sciences et à la technologie appliquée. De son côté, Sangmélima, la ville voisine du Cameroun, va accueillir les filières suivantes:  l’agriculture et les filières dédiées aux technologies de l’information et de la communication ( TIC).

L’ambassadeur du Cameroun au Congo qui a informé que le travail avance à bon train au Cameroun, avait précisé  ceci:

ce projet se réalise d’ici la fin de l’année académique, entre septembre-octobre, mais les commissions sont déjà en branle pour que cela soit quelque chose de très effectif.

Vous avez aimé l’article, abonnez-vous en cliquant sur « SUIVRE » à droite, comme ça vous recevrez par email, mes articles à chaque publication! N’oubliez pas aussi d’aimer, de commenter ou de rébloguer en bas de l’article!

Publicités