Non classé

Comment réussir le lancement de son activité ?

Publié le

Comme d’hab, je tiens d’abord à vous dire bonjour/bonsoir et merci de votre fidélité !

Aw bissimillah à l’africaine !!!

Intro

Avant de lancer votre entreprise, prenez le temps d’étudier votre marché

Il est important de se renseigner et d’effectuer les bonnes démarches avant de se lancer dans la création d’une entreprise.

Chaque année, le nombre de personnes se lançant dans l’aventure entrepreneuriale augmente. De janvier à décembre, ce sont de milliers d’entreprises qui voient le jour, ce qui est une chose vraiment à encourager. Mais, il ne faut pas oublier que certaines d’entre elles déposent le tablier au bout de moins d’un an d’existence.

Comment éviter cela ?

           Bien choisir son statut juridique

En effet, le choix du statut est déterminant dans la création d’une entreprise. Car, c’est lui qui va déterminer son implication financière. On trouvera par exemple la société à responsabilité limitée (SARL, EURL, cas du Mali, c’est conseillé) qui permet aux entrepreneurs de ne prendre des risques qu’à hauteur de l’apport du capital de la société. Visitez le site www.apimali.gov.ml pour + d’info. 

Par exemple, dans le cadre de la création d’une SARL avec un capital de 50.000 F CFA, si l’entrepreneur fait face à des difficultés, il sera tenu de ne rembourser uniquement que les apports qu’il a amenés dans l’entreprise. Que ce soit en numéraire (Argent) ou en nature (Bien corporel, voiture par exemple). Pour le reste, il n’est pas responsable.

En revanche, il faut savoir que les banques et investisseurs sont plus frileux à l’idée d’investir dans une société à responsabilités limitées car ils n’ont pas la certitude de récupérer leurs investissements. Ils ajoutent souvent des clauses pour se couvrir en cas de dépôt de bilan (faillite).

Le statut juridique est aussi important en fonction du capital que l’on souhaite injecter dans sa société et du nombre d’associés au projet.

La société à commandité simplifiée (SAS) est le statut privilégié des entrepreneurs car il offre la souplesse de la SARL avec une création très simplifiée tout en apportant la confiance aux partenaires financiers, car la responsabilité n’est pas limitée à l’apport du capital.

Il est fortement conseillé de bien réfléchir à son statut et à tous les éléments autour comme le capital ou le nombre d’associés avant de se lancer. En effet, une fois créée, l’entreprise doit pour tous changements (augmentation du capital, cession de parts…) modifier ces statuts auprès du greffe du tribunal du commerce.

Avoir un business plan solide

C’est un point évidemment essentiel lorsque l’on lance son entreprise. Il faut bien avoir pris connaissance du marché et s’est posé les bonnes questions : mon produit/service répond-il à un vrai besoin de mon marché ? Quels sont les attentes, difficultés et objectifs de ma cible ? Quel est son pouvoir d’achat etc ? Sans oublier la concurrence aussi !

Vous aurez donc effectué en amont des études de marché, pour valider votre idée et vérifier que votre projet trouverait bien preneur quel que soit le business model (manière de gagner de l’argent).  

Votre + ou différenciation, sera peut-être une innovation technologique, un design plus moderne, mais aussi votre positionnement stratégique, la communication…

La réussite dépendra de votre innovation à répondre à besoin crucial de votre marché.  Orange Money, un outil de paiement et de transfert d’argent via mobile est venu satisfaire les personnes exclus du système bancaire classique.

Connaître son marché, sa concurrence et sa cible et étudier les « 4P » qui sont le produit (product), le prix (price), la distribution (place) et la communication (promotion).

Une fois ces éléments clairement définis, il faut passer à la partie la plus rébarbative et qui ne dépend plus uniquement de l’entrepreneur à savoir le financement. Il faut évaluer ses ressources et ses besoins, ses prévisions de coûts et chiffre d’affaire sur les cinq premières années.

Pour cette dernière partie, il peut être intéressant de se faire épauler par un expert-comptable notamment dans le cas où l’entreprise a besoin de fonds pour son démarrage.

En effet, le business plan sert à avoir une vision d’ensemble du projet, sa faisabilité et sa viabilité auprès de futurs partenaires financiers.

Dans le cas où l’entreprise ne nécessite pas de trésorerie pour se lancer, un business plan n’est pas obligatoire. Bon de toutes les façons, le business plan chez-nous ne vaut rien, car les critères bancaires sont trop lourds et complexes. Donc, démarrer petit pour grandir avec une SARL unipersonnelle. Pas de fonds minimum de départ !

Choisir son lieu de travail (Emplacement)

Quand on créé son entreprise, il faut aussi définir son siège social. En effet, ce point va être demandé au moment de la rédaction des statuts.

La plupart des jeunes entrepreneurs n’ont pas le fonds nécessaire ou l’envie de dilapider leur capital dans un loyer.

Plusieurs solutions sont alors envisageables

 Le siège social au domicile : c’est souvent le lieu où naissent les débuts de projets en attendant d’avoir les fonds nécessaires pour se procurer des bureaux. Cette solution, si elle est économique, présente tout de même un désavantage de mêler la vie privée et la vie professionnelle. Elle peut être envisagée dans le cas où l’entrepreneur dispose d’une pièce entièrement dédiée au travail. Les courriers arriveront cependant au domicile et ils ne sont pas toujours agréables à ouvrir au petit-déjeuner. Rires, ou bien ?

 Dans une pépinière d’entreprises : c’est une bonne solution pour les entrepreneurs qui débutent. Elles permettent d’accéder à tous les services d’une grande entreprise et de profiter du réseau de la pépinière (avocat, comptable, marketing, communication…). L’avantage principal de la pépinière est l’effervescence entrepreneuriale qui y règne mais il faut savoir que cette solution est temporaire (souvent jusqu’à 2 ans).

 Dans une société de domiciliation : c’est la solution idéale pour les nouveaux entrepreneurs. Elle permet de bénéficier d’une adresse de siège sociale qui aurait été inaccessible en temps normal. L’entrepreneur dispose alors d’une boîte aux lettres à son nom et peut indiquer l’adresse de la société de domiciliation sur l’ensemble de ses documents (fiscaux, commerciaux, de communication). L’idéal est alors de choisir une adresse répondant à son positionnement stratégique.

Par exemple pour des produits ou des services haut de gamme, il vaut mieux choisir une adresse ayant une réputation de prestige comme le boulevard de l’indépendance ou à l’ACI 2000 de Bamako-Mali.

Voilà, il ne reste maintenant plus qu’à avoir la bonne idée, la volonté et à monter son entreprise ! J’espère que l’article vous été d’un apport considérable, si oui, dit le moi en commentaire en bas. Et n’oubliez pas de vous abonner au blog en cliquant sur « SUIVRE » à droit.

A très bientôt !!!

Publicités

Comment bien communiquer en entreprise ?

Publié le

La réussite de toute entreprise dépend du degré de communication du  manager

Avant tout d’abord, je vous dis bonjour/bonsoir à vous qui lisez  à présent ces lignes !

Aw Bissimillah à la malienne!

Donc l’objet de l’article du jour, c’est de vous donner, vous expliquer,  les différents  outils de la Com  d’entreprise pour vous aider à mieux gérer votre entreprise,  tant interne qu’externe.

Tout d’abord,  je veux tenter de vous définir la Com de façon très simple. Alors la communication  c’est l’action de communiquer, de transmettre des infos ou des connaissances à une ou plusieurs personnes. En essayant de décortiquer cet  échange, celui qui transmet  les infos (message) est appelé « émetteur »,  le destinataire lui c’est  le « récepteur »,les infos transmises sont appelées « message ». Ce SMS est livré  dans  une langue  appelée  « Code »  via un moyen de transmission  nommé « canal »,  qui peut-être par écrit, oral utilisant les médias classics et nouveaux ( radio, télé, Internet, Affichage… )

Ce monde est né  avec la communication, personne ne l’a créée. Mais c’est à partir  de la naissance des machines, que l’homme a ressenti l’obligation de réglementer la Com. Sachez qu’il n’y a communication que  lorsqu’il y’ a de retours entre les 2 parties, émetteur et récepteur. C’est que les anglais appellent « feedback ». Vous en tant qu’entrepreneur  vous avez besoin de communiquer et avoir le feedback de vos clients et employés. 

A tous les  niveaux de votre entreprise, vous communiquez,  peut-être sans le savoir, mais vous communiquez. Parce que vous ne pouvez pas ne pas communiquer, Oui,  c’est inévitable!  Et toutes les grosses entreprises que vous connaissez  ont fait de ce volet, une priorité de leurs  priorités.

Pour  vous aider à mieux communiquer en entreprise, je vais vous énumérer et vous expliquer les différents types de Com.  Chers amis, il existe 2  types de Com, à savoir la Com interne et externe. Et chaque type de Com dispose de ses propres  outils, ce que nous verrons au fil de l’article.  

La Com interne

Alors la Com interne, c’est tout simplement cette communication là qui se passe à l’intérieur de votre entreprise, c’est-à-dire les échanges qui se déroulent entre vous et vos employés ou entre vos employés, par exemple.

 Les différents volets de la Com interne

La Com interne est  subdivisée en 3 volets que  sont : La Com descendante, la Com ascendante et la Com  latérale.

La Com descendante : C’est la Com qui est adressée à l’ensemble de l’entreprise. Elle émane du sommet de la pyramide hiérarchique en passant par tous les cadres pour arriver jusqu’aux employés. Son objectif  1er  est  de diffuser les infos à caractère réglementaire, comme  le règlement intérieur, mais aussi  résoudre  les conflits internes.

Les outils 

Il existe plusieurs outils  pour gérer votre Com interne, des outils comme la plaquette institutionnelle, les bulletins d’info, les lettres, notes de service ou d’info et circulaires.  L’affichage, les journées portes ouvertes, les réunions, l’Emailing et le journal d’entreprise en font également parti. Tous ces outils sont à votre dispo afin de mieux communiquer  dans votre entreprise.

 La Com ascendante : C’est la communication  qui part de la base ( employés) pour monter  vers la hiérarchie ou la direction. Elle a pour but de détecter les éventuelles anomalies internes, de faire remonter les réclamations salariales ou suggestion à la direction.

Les outils : Elle dispose d’outils comme les enquêtes, les groupes de concertation, les cercles de qualité, la boite à idées, les  réunions  de services ou sondage.

La Com latérale :   C’est la communication qui existe entre les employés eux-mêmes. Les échanges café lors des pauses  par exemple. 

Les outils : Il  y’ a les rencontres inter-services, les séminaires, les sorties, les  dîners  galas, les matchs  de foot gala sont entre autres des outils de la Com latérale qu’on peut utiliser pour mieux communiquer.

On n’a vu la Com interne, voici now, la Com externe et ses outils.

La Com externe : La Com externe désigne l’ensemble des échanges externes  d’une entreprise, c’est-à-dire  ses relations avec ses  partenaires, clients et fournisseurs…

Les outils : Il y’a la communication média et hors média. La Com média est la Com qui existe entre les médias (Télé, radio…) et une entreprise pour la promotion de ses produits/services.

La Com hors média : C’est la communication qui se passe en dehors de médias  classiques cités précédemment. Un exemple : Le parrainage, le sponsoring,  le mécénat et le row-show.

Conseil : Pour la bonne gestion de votre entreprise, vous devez  explorer ces différents types de com et leurs outils également. Sachez que les meilleurs entrepreneurs sont ceux qui ont su mieux communiquer avec leurs collaborateurs. In Africa, on n’a une mentalité très désavantageuse, qui  consiste à se comporter comme un Roi. Le patron africain se croit tout permis. Car pour  lui, quant on n’est patron, on ne  doit rien toucher, on laisse tout aux autres. On ne doit ni échanger, ni causer ou dialoguer  avec ses employés.  Non, non et non, car toutes les grandes réussites continentales et mondiales ont mis de coté ces mentalités bidons. Vous-vous rendez  par exemple dans certaines de ces entreprises, vous ne  ferez  pas la différence entre le boss et les employés. Alors soyez humble avec vos employés, mettez-vous en tête que  ce sont des humains comme vous.  Et respectez-les aussi!

Ainsi prend fin cet article que je crois vous a été  utile! N’oubliez pas de vous abonner au blog en cliquant à droite sur « Suivre » A très bientôt!

Managers: Découvrez le système Benchmarking!

Publié le

 

Bonjour/bonsoir chers amis !
Aw Bissimillah à la malienne dans votre blog dédié à l’entrepreneuriat !

Bench 2.jpg

Intro
La traduction naturelle du benchmarking pourrait être « Etude comparative ». Plus précisément, un benchmark dans le milieu marketing est l’étude d’un produit ou d’un service comparativement aux leaders du marché. Plus qu’une technique marketing, le benchmarking est un véritable processus d’analyse de la concurrence, dont le but principal est de pouvoir augmenter la performance de l’entreprise. Mais loin d’être un plagiat, il s’agit d’une comparaison, qui peut amener à l’utilisation d’une technique prise chez le leader, mais adaptée au secteur et à l’entreprise en question. De plus, une entreprise qui réalise un Benchmark prévient son concurrent qui pourra, s’il le souhaite, l’aider en lui donnant des informations. L’idée est donc de construire la stratégie d’une entreprise par rapport aux références du secteur d’activité. Il existe plusieurs types de benchmarking différents, que sont :

#Le benchmark Interne : comme son nom l’indique le benchmarking interne se réalise sans analyse externe. Il s’agit de réaliser une comparaison entre plusieurs services de l’entreprise pour déterminer le meilleur fonctionnement en interne et l’appliquer si besoin est, à tous les autres services.

#Le benchmark Compétitif/Externe : ce type de benchmark se réalise en comparant son entreprise avec l’entreprise leader de votre marché. Cela permet de modifier l’organisation en adaptant celle du leader à la nôtre.

#Le benchmark Fonctionnel : ce benchmark se différencie des autres, car il consiste à analyser le fonctionnement des services et des départements d’entreprises qui ne sont pas concurrentes et qui ne sont même pas sur votre marché. Il permet par exemple de pouvoir améliorer la performance du service de comptabilité ou autre et ainsi de faire progresser l’efficacité de l’entreprise.

#Le benchmark Horizontal : il consiste à rechercher dans n’importe quel secteur des fonctions ou des processus similaires pour les comparer à ceux de son entreprise.
A cette liste s’ajoute le benchmarking stratégique, des performances, de processus, international, coopératif et organisationnel.

Quels sont les avantages du #Benchmarking ?

Quelles sont les avantages pour l’entreprise ? Cela permet d’améliorer les performances, mais également la durée de vie de l’entreprise puisqu’un benchmarking permet de rester compétitif et de ne pas se faire dépasser par les concurrents. Enfin cela permet d’améliorer la productivité de l’entreprise, pour obtenir de meilleurs résultats. Le benchmarking est donc une méthode pour que l’entreprise reste en croissance et progresse sur son marché.

#Comment réaliser un excellent Benchmarking ?

#La meilleure #Méthode reconnue à suivre créée par XEROX, l’entreprise japonaise leader de photocopieuses et créatrice du Benchmarking !

#La procédure
1. Planification
a) Identification de l’objet et de recherche
b) Identification des entreprises à comparer
c) Choisir la méthode de collecte de données
2. Analyse
a. Déterminer l’écart de performance
b. Fixez les futurs seuils de performance
3. Intégration
a. Communiquer les résultats et les faire accepter
b. Etablir des objectifs fonctionnels

4. Action
a. Élaborer le plan d’action
b. Démarrer des actions spécifiques et assurer le suivi de la progression
c. Redéfinir les Benchmarks

Conclusion
Pour continuer à vivre et à persévérer dans le monde des affaires d’aujourd’hui, l’entrepreneur intelligent doit perpétuellement se comparer aux autres.

Alors chers amis ainsi prends fin cet article si riche je crois en contenu !!!
N’oubliez pas de vous abonner à ce blog en cliquant sur « SUIVRE » à en haut à droite.
A bientôt !!!

Management d’entreprise : Découvrez les 5 forces +1 de PORTER !!!

Publié le

 

Bonjour/bonsoir chers amis!!!
Aw bissimillah à la malienne !!!

Porter 2

Intro
A l’ère de la révolution numérique, le monde accélère à une vitesse grand « V ». Et aucun domaine, n’est épargné. Les entreprises sont exposées, à de nombreux soucis. La concurrence rude surtout !!! Situation qui a poussé, … Porter à penser, une analyse qui a abouti à un résultat, que je vais partager avec vous tout au long de cet article.

Matrice de PORTER !!!

La matrice consiste à présenter 6 pressions/forces  que toute entreprise naissante ou déjà établie, peut connaitre.

#Pression 1 : La situation concurrentielle actuelle directe !
Menaces liées à l’intensité de la concurrence déjà présente sur le marché. Pour survivre aux tempêtes du monde des affaires, l’#Entrepreneur doit perpétuellement surveiller son marché, notamment la concurrence. Solution, la veille concurrentielle (c’est-à-dire avoir l’œil du Hibou sur la #concurrence).

#Pression 2 : Les nouveaux entrants
Menaces liées à l’apparition de nouveaux entrants = futurs concurrents directs (existence de barrières à l’entrée, grands groupes à l’affût…). Cette #Matrice vous demande de faire surtout attention aux news venus sur votre marché. Vous évoluez dans le domaine de la #téléphonie ou de l’#Informatique, vous devez impérativement chercher à savoir si en + d’#Apple, #Samsung ou #Techno… y’a pas d’autres acteurs.

#Pression 3 : Les produits de substitution
Menaces liées à l’existence de produits de substitution (existe-t-il actuellement des concurrents directs ? De nouvelles technologies peuvent-elles remplacer la technologie actuelle ? Ici, il s’agit surtout de perpétuellement innover en remplacement à vos #produitsactuels qui ont déjà fait leurs années de bonheur. Pensez par exemple aux #TIC.

#Pression 4 : La position de force des clients
Quand la clientèle dispose de plusieurs choix de produits. Le client aura tendance à jouer sur ce facteur de force en négociation de prix. Menaces liées au pouvoir de négociation des clients (très liées au degré de concentration des clients, à la faible différenciation du produit, à l’intensité concurrentielle de l’entreprise (pressions 1, 2 et 3) …. Il y a nécessité de diversifier sa clientèle pour ne pas être trop dépendant d’une couche de client.

#Pression 5 : La position de force des fournisseurs
Menaces liées au pouvoir de négociation des fournisseurs (très liées au degré de concentration des fournisseurs, à leur avantage technologique, à la rareté des fournitures… Il y a nécessité de diversifier ses approvisionnements pour ne pas être trop dépendant d’un fournisseur.

#Pression 6 : L’influence des facteurs environnementaux
Menaces liées à l’évolution des facteurs environnementaux (quelle prospective en terme de technologie, de fiscalité, de règlementation, et quelle influence sur les différents acteurs du marché ?

ÉTUDE DE CAS : Le marché de la téléphonie !!!

*Pression 1
L’entrepreneur malin de ce secteur doit constamment surveiller l’évolution de la concurrence existence (#Apple, #Samsung, #Huawei, #Itel, #Tecno…). L’introduction des news #séries ou modèles par exemple.

*Pression 2
La surveillance des nouveaux rentrant est impérative et judicieuse pour tout entreprise.

*Pression 3
Pensez à toujours à des produits de substitution, se conformer à son époque. Réparation, toujours des news modèles, consultation à distance… En + de phones, l’ordi, tablette, pochettes, puce, clé mémoire, carte SD… !!!

*Pression 4
Face à la force d’influence de la clientèle, l’entrepreneur intelligent doit diversifier son offre pour éviter une fuite de client. Mettez en avant l’avantage et l’intérêt de votre offre.

*Pression 5
Face au caractère des fournisseurs, sachez dès le début diversifier vos fournisseurs. Comme ça, vous échapperez à l’influence incorrecte de ceux-ci.

*Pression 6
Beaucoup d’entrepreneurs ignorent ou négligent les facteurs réglementaires, fiscaux… qui peuvent impacter leur marché. Faites y attention !!!

L’Analyse Interne ou SWOT !!!
Objectif: Décrire et évaluer la stratégie et la position actuelle en analysant, l’évolution des performances quantitatives, l’évolution de la notoriété et de l’image, les ressources, l’analyse critique de l’organisation et du marketing-mix actuel.

#Force
L’aspect « force » vous permet de d’identifier vos forces, vos atouts, sur lesquels vous devez vous baser pour garder voire grandir votre position.

*Faiblesse
Constitue un obstacle qui empêche l’entreprise de réagir dans certaines directions. (ex : lacune dans la distribution, prix trop élevé.

#Opportunité
En tant qu’entrepreneur vous devez identifier les #opportunités qui s’offrent à vous. (Ex : marché en croissance, demande intéressée par les nouveaux produits…)

*Menace : est un problème posé par une tendance défavorable ou une perturbation particulière de l’environnement qui, en l’absence d’une réponse marketing appropriée, conduirait à la stagnation et à la disparition de l’entreprise, du produit ou de la marque. (ex : Evolution technique, baisse des prix ou augmentation des matières premières, nouveaux concurrents, législation, pouvoir d’achat en baisse…)

But du SWOT : L’analyse doit apporter une valeur supplémentaire à l’analyse et préparer aux décisions opérationnelles et stratégiques. Il résume les conclusions essentielles de l’analyse de l’environnement et de l’analyse de la capacité stratégique de l’organisation. Les conclusions principales permettent d’identifier le problème à résoudre et de fixer les objectifs généraux de la stratégie.

Conditions de réussite d’un SWOT : Il conclut une analyse externe et interne préalable. Il n’est pas le résumé de l’analyse internet externe : un bon SWOT ne présente que les faits majeurs. Il doit permettre de voir clairement les enjeux et les problèmes stratégiques à traiter.

Partagez sur les #Réseaux Sociaux et abonnez-vous également au blog !!!

A bientôt !!!

 

Google va limiter l’accès aux données personnelles de, Gmail, SMS et logs d’appels!

Publié le

Bonjour/bonsoir chers lecteurs!!!
Google 1

Le communiqué publié hier soir par Google a fait l’effet du bombe : la firme de Mountain View a annoncé la fermeture de Google+ et avoué qu’une faille de sécurité – ayant potentiellement affecté 500 000 personnes – avait été comblée en mars 2018. Mais ce n’est pas tout : des changements vont être apportés pour garantir une meilleure confidentialité des données personnelles des utilisateurs.

google-data

Des autorisations plus limitées sur Gmail

Google estime que lorsqu’un utilisateur autorise une application à accéder à ses données sur Gmail, il le fait pour un but précis. Google a mis à jour sa politique d’usage de l’API Gmail pour limiter les utilisations possibles de vos données. « Seules les applications qui améliorent directement les fonctionnalités de messagerie – clients, sauvegarde, productivité, CRM – seront autorisées à accéder à ces données ».

Elles devront accepter ces nouvelles conditions et leur sécurité sera susceptible d’être testée. Google demande aux développeurs d’appliquer certains principes, notamment celui de ne demander que les autorisations nécessaires aux utilisateurs.

Un meilleur contrôle des accès aux données personnelles

Dans le même esprit, Google va revoir son processus permettant à des applications tierces d’êtres autorisées à accéder à des données personnelles. Aujourd’hui, lorsque vous effectuez un Google Sign-In, Google vous demande d’autoriser ou de refuser en bloc l’ensemble des accès demandés par l’application. Vous pourrez désormais choisir d’autoriser l’accès à vos données sur Calendar mais refuser l’accès à vos données sur Drive, par exemple.

autorisation-granulaire

Des accès limités aux SMS et aux logs d’appels

Le troisième changement concerne les autorisations d’accès aux SMS et aux logs d’appels. Rappelons qu’en mars, Facebook avait été accusé d’enregistrer l’historique des appels et des SMS sur Android, quand bien même ces données n’étaient pas strictement nécessaires à l’usage du réseau social. Pour ne pas être accusé de faire le jeu de ces applications trop curieuses, Google va limiter les possibilités offertes aux développeurs sur Google Play. Désormais, seules les applications que vous aurez sélectionnées par défaut pour gérer vos SMS et vos appels seront autorisées à y accéder (quelques exceptions sont citées par Google, dont les applications permettant de sauver ses données).

Un nouveau centre de sécurité Google

À noter également, le lancement du « nouveau Centre de sécurité de Google » en France, dont l’objectif est de faciliter la configuration des accès aux données personnelles des internautes. Nous verrons si ces initiatives, conçues pour mieux protéger la vie privée, suffisent à rétablir une confiance affectée par les récentes révélations de Google : rappelons qu’une faille de sécurité a potentiellement affecté plus d’un demi-million de personnes et poussé Google+ vers la sortie.

 

Abonnez au blog en cliquant sur « Suivre » à droite! A bientôt!

 

Comment fusionner deux pages Facebook?

Publié le

Bonjour/bonsoir chers Amis!

Aw bissimillah à la malienne!

 

facebook 1

Aujourd’hui, on fait le point sur une question récurrente : comment fusionner deux pages Facebook ? Si vous possédez deux pages similaires, vous pouvez en effet les fusionner. Certains critères doivent cependant être respectés pour qu’elle soit effective.

Faire une demande de fusion de pages

Pour fusionner deux pages Facebook, les conditions suivantes doivent être remplies :

  • Vous devez être administrateur des deux pages
  • Ces pages portent des noms similaires et représentent la même chose
  • Elles ont la même adresse si elles possèdent des emplacements physiques

Si ces conditions sont respectées, suivez le chemin ci-dessous :

  1. Accédez à facebook.com/pages/merge
  2. Sélectionnez les deux pages à fusionner puis cliquez sur continuer
  3. Cliquez sur « Demander une fusion »

Attention, avant d’envoyer une demande de fusion, vérifiez que vos campagnes en cours ne renvoient pas vers la page à supprimer. Autre information importante, une fois que la demande est effectuée vous ne pouvez plus annuler la fusion des pages. Les personnes qui aiment les pages en question seront averties de la fusion. A noter que ce processus peut prendre plusieurs jours.

fusion-pages-fbTélécharger une copie de ma page

Lors d’une fusion, le contenu de la page fusionnée (publications, photos, nom d’utilisateur…) sera supprimé. Il est donc possible pour ceux qui le souhaitent de télécharger et enregistrer le contenu d’une page. Ce fichier inclut :

  • Tous les contenus partagés sur la page par ses administrateurs
  • Une liste des personnes qui jouent un rôle sur la page
  • Une description des derniers paramètres de la page
  • Les informations de la section « A propos »

Pour télécharger une copie de votre page, suivez le chemin ci-dessous :

  1. Cliquez sur « Paramètres » en haut de votre page
  2. Dans « Général », cliquez sur « Télécharger la page » (en bas de page)
  3. Cliquez une nouvelle fois sur « Télécharger la page »
  4. Enfin, cliquez sur « Démarrer » puis sur « Démarrer le téléchargement »

telecharger-page-fb

Une fois que le fichier est prêt, vous recevrez un e-mail ou une notification selon les paramètres de confidentialité que vous avez configurés. Dans ce mail ou cette notification, cliquez ensuite sur « Télécharger la page » puis saisissez votre mot de passe. Vous n’avez que 4 jours pour effectuer le téléchargement, passé ce délai, le lien vers votre fichier expirera.

 

A très bientôt pour un article!

Les pages Facebook peuvent rejoindre des groupes Facebook!

Publié le Mis à jour le

Bonjour/bonsoir chers internautes!

Aw bissimillah à la malienne!!!

image FB 1

Voilà une nouvelle qui ravira les professionnels du social media. Repéré par l’experte en social media marketing Mari Smith, Facebook autorise désormais les Pages à devenir membres des Groupes. Elles pourront ainsi commenter, poster et interagir en tant que Pages.

Illustration

facebook-groupes-pages-adhesion

Les pages peuvent rejoindre les groupes FB!

La fonction est activée par défaut, mais il est possible de refuser les Pages sur son Groupe à tout moment. Les Pages qui auraient préalablement été ajoutées resteront dans le Groupe. Interrogé à propos de cette nouveauté, Facebook explique son initiative :

« Des personnes nous ont dit que la collaboration avec des personnalités publiques, des organisations à but non lucratif, des éditeurs et des entreprises dans un cadre plus intime pouvait avoir un sens. Nous avons déjà lancé la possibilité pour les Pages de démarrer des groupes Facebook afin qu’elles puissent dialoguer avec leurs communautés. Nous testons maintenant la possibilité pour les Pages de rejoindre également les groupes Facebook existants. »

Une nouvelle manière d’interagir sur Facebook

La fonctionnalité serait donc en test pour le moment, mais elle pourrait être une nouvelle opportunité pour les marques d’avoir une visibilité accrue et construire une relation durable avec des communautés Facebook. De notre côté, la fonctionnalité semble déjà activée pour nos groupes. Sans aller jusqu’à dire que cela changera radicalement la donne, cela pourrait être une nouvelle manière de récupérer un peu de la visibilité perdue depuis les changements d’algorithme de Facebook.

Bonne lecture!!! N’oubliez pas de vous abonner à ce blog en cliquant sur « SUIVRE »!!!

A bientôt!!!

Management d’entreprise: Les sept habitudes managériales à adopter!

Publié le

Bonjour/bonsoir chers internautes ravi de vous retrouver!!!

Aw bissimillah à la malienne!!!

image mag 1

Intro
Cette approche globale est basée sur des principes universels éprouvés, dont le but est l’épanouissement personnel et le développement des relations interpersonnelles. Elle vise à transformer progressivement le manager de l’intérieur.
Articulée autour de sept habitudes : être réactif, avoir les finalités présentes à l’esprit dès le début, donner la priorité aux priorités, penser gagnant/gagnant, chercher d’abord à comprendre ensuite à être compris, travailler en synergie, aiguiser ses facultés physiques, mentales, émotionnelles et spirituelles, elle améliore notablement les performances.

Ces 7 habitudes sont : La pro activité, ayez les finalités à l’esprit des le début, donnez la priorité aux priorités, pensez gagnant/gagnant, pensez d’abord à comprendre ensuite à être compris, travaillez en synergie, et aiguisez vos facultés physique, mentale, émotionnelle et spirituelle.
Objectifs
Améliorer la capacité à se manager soi-même en assumant ses choix et en se centrant sur l’essentiel. Établir des relations de confiance mutuelle.
Augmenter l’implication de chacun pour travailler plus efficacement en équipe.
Voici for you étape par étape les 7 habitudes à adopter?

La pro activité : Tendre à contrôler son environnement plutôt que de le subir, prendre des initiatives. Anticiper les évolutions. Transformer les obstacles en alternatives.

Ayez les finalités présentes à l’esprit dès le début : être capable de voir le résultat désiré et de se concentrer sur les activités qui aident à l’atteindre.
Donnez la priorité aux priorités : s’interroger constamment sur son aptitude à dire  » non  » à ce qui n’est pas essentiel, quelle que soit l’urgence, et  » oui  » à ce qui l’est. Choisir les priorités de façon indépendante sans être influencé par les opinions de tierces personnes.

Pensez gagnant/gagnant : considérer la vie comme une coopération et non comme une compétition. La plupart des réalisations sont basées sur un effort partagé qui nécessite des solutions gagnant/gagnant pour tous.

Cherchez d’abord à comprendre, ensuite à être compris : avant d’évaluer ou d’imposer nos propres idées, nous devons écouter les autres avec les oreilles, mais aussi avec le cœur et l’esprit. L’écoute mène à la compréhension.

Travaillez en synergie : valoriser les différences entre les personnes. Les solutions élaborées conjointement sont meilleures que celles conçues par un individu seul.

Aiguisez vos facultés physiques, mentales, émotionnelles et spirituelles : apprendre de nos expériences précédentes et savoir se ressourcer. Aucune des dimensions de la vie, physique, mentale, spirituelle, sociale ou émotionnelle ne doit être négligée.
Méthodologie et conseils
La mise en œuvre des sept habitudes suppose une transformation de l’intérieur (soi), vers l’extérieur (les autres) et démarre par une  » victoire  » sur soi même :

La victoire intérieure : prendre le leadership sur soi-même, et se prendre en charge soi-même.

La victoire publique : réussir à communiquer, à comprendre et se faire comprendre et à coopérer également.

Le renouvellement : assurer sa propre capacité à évoluer, à apprendre, à entreprendre de nouvelles choses.

Abonnez-vous via votre Gmail !!!

A bientôt !!!

Comment bien manager en entreprise ?

Publié le Mis à jour le

 

Bonjour chers lecteurs(trices)!!!

image manager

Intro

Se demander comment être un bon manager est une bonne démarche. En effet, beaucoup de situations dépendent de notre attitude, de notre façon de faire. Suivant les impulsions que nous enverrons, nous obtiendrons différentes réactions de la part de vos collabo. Si vous voulez atteindre vos objectifs, satisfaire vos clients ou encore créer et développer la cohésion d’équipe, il est nécessaire de se questionner sur la manière dont vous dirigez.

Mais être un bon manager est bien un grand mot. Ce n’est pas une liste d’attitudes ou de compétences qui font de vous un bon manager. Voici for you 5 aspects clés à adopter pour être un bon manager.

1. Limiter les erreurs
Le rêve de tout dirigeant, c’est d’être le meilleur. En tant que manager, votre job consiste à créer un lien entre vos employés afin pour qu’ils puissent travailler ensemble dans la joie et la confiance. La complexité des personnalités et des liens peut rendre votre travail difficile, mais il faut toujours avoir l’esprit proactif/créatif. Avant de chercher à savoir comment être un bon manager, il est déjà préférable d’éviter de faire trop d’erreurs. Dans un précédent aticle, j’avais évoqué les erreurs à éviter, voici quelques unes :

 Vouloir tout contrôler
 Faire de l’individuel en collectif
 Ne pas donner les moyens de réussir
 Sanctionner avant de comprendre
 Vouloir rendre tout le monde pareil (uniformiser)

L’idée est d’essayer de limiter vos erreurs !!!
Ensuite, chercher à garder vos collabo’ et les maintenir motivées. Le bon manager, c’est aussi celui qui sait comment bien :

 Intégrer ses nouvelles recrues en toute bienveillance
 recruter
 former
 Responsabiliser et impliquer ses équipes
 Mettre en place un cadre de travail adapté
 Considérer ses employés comme des humains

2. Savoir garder son humilité

En tant que manager, il est essentiel de faire preuve d’humilité. Car savoir comment être un bon manager, c’est savoir comment être humble. En effet, l’humilité permet de garder des relations saines avec les autres. Ces relations saines permettront de travailler en toute transparence et en toute confiance. L’unique but est d’atteindre les objectifs et satisfaire les clients.

Être manager n’est pas simple… à l’image d’un manager d’une équipe de football, en cas de victoire, c’est grâce à l’équipe, en cas de défaite, c’est à cause du manager. Nous sommes là pour faire réussir les autres, à savoir nos équipes. Et la réussite provient du bout du travail. Nous ne sommes qu’un maillon de la chaine. Nous ne sommes pas un héros. Notre égo doit donc être mis de côté pour nous consacrer à la réussite collective. Notre réussite personnelle passe après. Je pense aussi à la notion de simplicité qui peut exister dans l’humilité. Savoir rester simple c’est se comporter avec nos équipes comme avec n’importe qui, comme avec notre famille et nos amis. La vie est différente pour chacun et n’amène pas aux mêmes destins.

3. Savoir écouter et coacher

Pour savoir comment être un bon manager, il faut comprendre que le métier de manager Ne se limite pas aux décisions et d’être responsable de tout. D’ailleurs, le terme utilisé n’est plus celui de « responsable » ou de « chef ». Il a évolué en « manager », puis « leader » pour actuellement s’orienter vers celui de « coach ». Nous commençons à comprendre que les équipes opérationnelles sont les mieux placées pour comprendre et répondre aux besoins des clients. Avant, les équipes opérationnelles étaient les « bras » et les services centraux étaient « le cerveau ». Désormais, les choses changent. Nous cherchons à mettre en dynamique les bras et les cerveaux des équipes opérationnelles pour satisfaire au mieux et plus rapidement les clients.
Nous-mêmes, en tant que managers, leaders ou coachs, sommes un peu plus, voire beaucoup plus éloignés des problématiques des clients que nos équipes. Pour atteindre les objectifs de vente et de chiffre d’affaires, nous devons donc amener nos équipes à trouver des solutions aux problèmes des clients et à être autonomes et responsables.

Nous devons donc faire évoluer nos compétences, c’est-à-dire être à l’écoute des ses collabo et adopter un coaching allant vers l’accompagnement de vos collaborateurs vers l’action. En que manager nous devons amener notre collaborateur/employé à identifier les problématiques de la clientèle, à trouver les solutions et plans d’action par lui-même. Le but c’est de l’impliquer au maximum dans la marche collective de l’entreprise tout en vous assurant de la satisfaction rapide et bonne du client.

4. Accompagner et faire grandir ses équipes/collabo’
Donner les moyens de réussir !!!

Il sera donc essentiel que le collaborateur ait tous les moyens de réussir : moyens matériels, financiers, humains, logistiques, etc. Sans ces moyens, il pourrait rester bloqué et ne pas réussir à satisfaire les clients. Votre rôle est donc de s’assurer qu’il a bien à sa dispo, tout ce qui lui faut.

Développer ses collaborateurs !!!

Le développement de vos collaborateurs sera aussi essentiel. Il faudra les faire grandir en les formant bien. La formation continue de vos employés est essentielle afin de les garder motivés et compétents. Faire évoluer la responsabilité de chacun pour que chacun d’entre eux puisse mettre ses qualités et ses forces au service du collectif et de la satisfaction du client.

Rendre les équipes heureuses et les clients satisfaits !!!

En entreprise, il est important à chercher à rendre ses équipes heureuses et mais aussi travailler sur leur bien-être. En effet, si nous voulons que le client soit satisfait, il faudra travailler sur la satisfaction de ceux qui les satisfaites. En d’autres termes, en ayant des équipes heureuses, elles sauront envie de rendre les clients aussi heureux. C’est une démarche qui est positive pour les employés et les clients, en un mot for l’entreprise.

5. L’art de savoir être inutile
Lorsque je me demande comment être un bon manager, je me rappelle souvent ce qu’on me disait : Quand tu es absent et que tout se passe parfaitement bien, alors tu as bien fait ton travail. Je suis complètement en accord avec cette manière de voir les choses. En effet, un manager ne doit pas chercher à être un héros, irremplaçable, ou encore la pièce maitresse. Au contraire, il doit tout faire pour ne pas être un héros, ne pas être irremplaçable, ou ne pas être une pièce maitresse. Son rôle est de s’assurer que tout se passe bien en ce qui concerne ses équipes. Mais personne n’a précisé que tout devait bien se passer en sa présence.

Que le manager soit présent auprès de ses équipes est une bonne chose, mais il ne doit pas les écraser et prendre toute la place. Le juste équilibre est d’apporter ses compétences au groupe lorsque nous sommes présents, comme n’importe quel employé le ferait. Mais l’autre partie de l’équilibre est d’être capable de faire en sorte que tout se passe bien en notre absence. En ce qui concerne le management par l’absence, je vous conseille le livre d’Yvon Chouinard, intitulé « Homme d’affaires malgré moi ». Pour lui, ne pas être là permet d’envoyer un signal fort de confiance à ses équipes. En effet, être toujours présent peut être le signe que nous pensons que les équipes n’y arriveront pas sans nous. C’est aussi les rendre dépendantes de notre présence. En notre absence, elles auront envie de nous prouver, mais aussi de se prouver à elles-mêmes qu’elles peuvent y arriver. Leur satisfaction sera donc encore plus grande. Ainsi, être absent, c’est aussi obligé les équipes à s’organiser par elles-mêmes.

En conclusion
Même si le cadre s’élargit de plus en plus avec les entreprises libérées ou opales, il y a des règles dans l’entreprise. Le manager en est garant. Mais les règles les plus importantes sont les valeurs. En effet, les valeurs déterminent et guident les attitudes formelles et moins formelles nécessaires au travail d’équipe. Le manager se verra donc dans l’obligation d’incarner ces valeurs à travers son exemplarité et s’assurer qu’elles soient bien respectées en retour par ses collabo’. Le manager/leader ou encore le coach devra servir de phare dans le brouillard et donc de point de repère.

Alors c’est ainsi prend fin cet article, à vous d’appliquer bien son contenu. Et n’oubliez pas de vous abonner à ce blog en cliquant sur « suivre » à droite.

A bientôt !!!

5 Erreurs à éviter en management d’entreprise !

Publié le

Bonjour/bonsoir  chers internautes!!!

 

image manager 3

Intro
Un chef d’entreprise est amené à diriger des Hommes. Des Hommes de divers horizons, de différents, comportements, qualités, aspirations, visions, objectifs, préoccupations… Ce qui doit pousser le manager à toujours se conformer aux différents styles de ces personnes. Le manager doit toujours savoir comment s’y prendre, gérer… !!! Car un manager intelligent doit savoir détecter le style genre de chacun de ses collabo, afin de mieux les gérer.

Savoir comment motiver son équipe est bien évidemment essentiel pour atteindre collectivement les objectifs. Cependant avant de chercher à motive, le manager ne doit pas quand même démotiver son équipe. Ce serait comme vouloir remplir une piscine qui fuit.

Alors, voici 5 aspects clés  à éviter pour ne pas démotiver vos collaborateurs !

1. Vouloir tout contrôler !
Le métier du manager ou du dirigeant n’est pas du tout chose simple. En effet, nous avons été habitués à devoir tout savoir ou pouvoir résoudre tous les problèmes en même temps. Comme lors du taylorisme, le cerveau et les bras étaient dissociés, le chef étant le cerveau, il devait tout savoir. Ainsi, tout est désormais interconnecté et la quantité d’information qui circule dépasse nos capacités physiques. ToDay , dans ce monde complexe, le leader ne peut plus tout savoir et ne peut plus tout contrôler.

La solution, c’est de laisser faire vos employés et les solliciter même à améliorer les choses.

Un cas !!!
Peu de temps après avoir commencé à travailler en tant que manager, un autre manager fut recruté. Il avait environ 25 ans. Les employés de notre magasin avaient entre 10 et 20 ans d’ancienneté. Ce nouveau manager arriva d’une autre entreprise et voulut expliquer aux employés comment il fallait faire. Il passait son temps à les surveiller. Au bout d’une semaine, tous les employés l’appelaient le « petit roquet » et au bout de 15 jours, le directeur dut mettre fin à sa période d’essai.
La solution, pour comprendre comment motiver son équipe, ce nouveau aurait du à son arrivée s’appuyer sur l’équipe en place pour bien comprendre le manœuvre. Il aurait dû tout simplement s’assurer que ses collaborateurs ont tout ce qu’il faut pour travailler et progresser en avant, c’est fini !

2 – Evitez de blâmer un employé devant les autres !

Une des premières leçons apprise lors de ma formation Pro à Dakar est de comprendre comment motiver son équipe en entreprise. Si vous avez un sms à passer à un de vos employés, il est essentiel de ne pas le faire devant les autres. Que ça soit des membres de l’équipe ou des clients. Dale Carnegie nous explique qu’en entreprise, chacun doit se sentir important. Votre estime de soi et l’image que vous pensez avoir auprès des autres, sont essentielles pour se sentir important. Critiquer un employé devant ses collègues peut démotiver votre équipe.

2. Ne pas donner les moyens de réussir !

Managers, si vous voulez que votre employé fasse très bien son boulot, il lui faut ces informations suivantes:

Le sens : Le pourquoi/le but?
L’objectif : Le jusqu’où?
La formation adéquate : Comment doit-il faire, la méthode ?
Le matériel adéquat : Les moyens matériels?
Le cercle vicieux serait de ne pas donner tous les moyens de réussir. Assurez-vous que vos employés sont toujours bien outillés afin d’atteindre les différents objectifs.

4. Sanctionner avant de comprendre !
Vous-vous levez un matin, vous trouverez que votre voiture n’est pas là. Le chauffeur est sorti avec. Il arrive, sans chercher à comprendre, vous lui sautez dessus en disant qu’il est interdit de prendre votre voiture 100 votre permission. Sur le champ, vous lui licenciez parce que vous êtes le boss, c’est tout ! Alors, que s’est-il passé ? Il parait que vous aviez à 8h un rendez-vous avec une personnalité importante. A l’heure convenue, la personne arrive à l’entreprise. Elle te remercie chaleureusement de l’avoir envoyé quelqu’un pour la chercher à l’aéroport si tôt le matin. En effet, la personne a perdu son portefeuille, ce qui lui a poussé d’appeler à l’entreprise. En réalité, c’est le chauffeur qui a décroché le téléphone et a pris la voiture du Boss pour aller chercher la personne.

Erreur !!!

Le Big Boss s’est donné le privilège de sanctionner son chauffeur 100 chercher à comprendre.
Face à ses cas pareils aux actions imprévues de vos employés allant dans l’intérêt de l’entreprise, ayez le calme et chercher à comprendre d’abord avant de sanctionner.

5. Vouloir rendre tout le monde pareil

Pour comprendre comment motiver son équipe, vous devez comprendre que chacun de vos employés étant différent peut avoir sa propre manière de faire. Un gaucher et un droitier peuvent utiliser la même machine de manière différente et être aussi efficaces. Si vous demandez à un droitier de se servir de sa main gauche, il risque d’être moins productif. Et vice versa !

Alors vous devez exploiter les différences de vos collaborateurs. Le droitier et le gaucher ont des visions différentes, chacun peut apporter son point de vue afin d’améliorer les choses. Pendant très longtemps, il a été question d’uniformiser les gens. En termes de relation client, il faudrait que tout le monde ait presque la même attitude, les mêmes mots, la même manière de faire. Chaque client est un autre monde à vivre et à séduire. Donc adoptez votre entreprise aux clients.

Si vos employés peuvent exprimer leurs différences, vous pourrez plus facilement les gérer. Dans un monde complexe et en perpétuelle évolution, l’innovation et l’adaptation sont deux qualités à prioriser.

Pour être au courant de chacune de mes publications, abonnez-vous à droite en cliquant sur « SUIVRE », Merci à bientôt!!!