livres africains les plus pertinents à lire

Chronique du livre : L’Etrange destin de Wangrin d’Amadou Hampaté BA à lire !

Publié le Mis à jour le

 

Bonjour / bonsoir à tout le monde, Aw bissimillah à la malienne !

 

 //ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=amadoumaigaco-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2264017589&asins=2264017589&linkId=c91ca1baf56598bef317f6c88f900712&show_border=true&link_opens_in_new_window=true

INTRO

To day, votre chronique des meilleurs ouvrages africains est au Mali, pour vous faire le résumé d’un des meilleurs livres classiques africains. Il s’agit du  «l’Etrange Destin de Wangrin» en lien amazon ici http://amzn.to/2iBjn2v  , d’Amadou Hampaté BA, un des meilleurs intellectuels africains et planétaires.  L’homme qui a passé toute sa  vie à défendre les traditions africaines à travers son plume. Je peux commencer à décrire l’homme now jusqu’à l’an prochain, sans finir, car il est immense. Mais quand même permettez-moi de vous en dire un peu sur l’auteur !

 

BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR

 Amadou Hampaté BA est né en 1900 à Bandiagara, chef  lieu du pays Dogon au Mali. Fils de Hampaté BA et de Kadidiatou Paté Poullo  Diallo, Amadou Hampaté BA  est descendant d’une famille Peulh  noble comme vous l’avez remarqué à travers ses ancêtres. Après le décès de sa maman, le jeune Amadou sera adopté par son oncle, Tidjani Amadou Ali Thiam de l’ethnie Toucouleur.

 

Sa vie scolaire

 Amadou fréquente d’abord l’école coranique chez son maitre spirituel, Tierno Bocar, un dignitaire de la confrérie Tidjaniya, avant d’être réquisitionné d’office pour l’école française à Bandiagara puis à Djenné. En 1921 le jeune refusa d’entrer à l’école normale de Gorée, pour le punir le Gouverneur d’alors l’envoya à Ouaga en qualité d’écrivain temporaire.

Sa vie administrative

De  1922 à 1932, Amadou Hampaté BA occupa plusieurs postes dans l’administration coloniale en Haute Volta l’actuel Burkina-Faso, en 1933, Amadou obtint un congé de 6 mois qu’il va passer auprès de son maitre , Tierno Bocar. En …42, il est affecté à l’institut d’Afrique noire (IFAN) de Dakar où il va effectuer de nombreuses enquêtes sur les traditions orales et ethnologiques africaines. Il consacra de ce fait 15 ans pour ces travaux. Des recherches qui lui mèneront à écrire le livre « L’Empire Peulh du Macina ».

 En 1060, le Mali prenait son indépendance, Hampaté BA crée un institut pour les sciences humaines à Bamako et  représente Mali à la conférence générale de l’Unesco. En …62 étant membre du conseil exécutif de  l‘Unesco, il participa à la rédaction d’un système unifié pour la transcription des langues africaines. En 1970, son mandat prend fin, et se concentra  à ses recherches sur les traditions africaines. L’intellectuel a passé le restant de  sa vis à Abidjan en Cote D’Ivoire où il s’est éteint  en mai 1991.

Le motif de l’auteur

 In Africa, traditionnellement la parole est sacrée tout comme l’homme. Quant on donne sa parole, on fait une promesse qu’on doit cout que coute tenir. Et c’est cette tradition que notre grand ancêtre Amadou Hampaté BA a suivi. Quand son ami interprète lui a confia son  histoire et  lui demanda de l’écrire et de ne le publier qu’après  sa mort, sans mentionner son vrai nom, en lui proposant Wangrin.

Et Hampaté BA a suivi les paroles de son ami interprète !

 

Résumé du livre

 

Le livre est le fruit d’une promesse faite  par Amadou Hampaté BA à son ami Wangrin  qu’il a connu 1912. 15 ans plutard les deux  amis se retrouvent encore, et un beau jour Wangrin s’approcha d’Amadou et lui dit « Mon petit Amkullel qui signifie petit peulh en guise de plaisanterie, autrefois tu savais conter, maintenant tu sais écrire, tu va noter tout ce que je te conterai de ma vie ». Et lorsque je ne serais plus de ce monde, tu en feras un livre, qui non seulement  divertira les hommes, mais leur servira également  d’engagement, mais je te demande de ne pas mentionner mon vrai  nom ».  Il continue encore «  afin d’éviter à mes parents tout risque de  complexe de supériorité ou d’infériorité, tu utiliseras  l’un de mes noms d’emprunt, celui qui m’affectionne le plus c’est Wangrin ». 

 Alors c’est  comme  ça que chaque nuit après le diner entre 20 à 23 heures souvent même jusqu’à minuit, Wangrin racontait sa vie à Amkullel.  La conversation se déroule au son d’une guitare jouée par l’infatigable Djeli, Djeli Madi, et ça, pendant 3 mois. Le reste de l’histoire a va être  racontée par son Djeli et le véritable adversaire de Wangrin lui même.

 

Mais qui était Wangrin ?

 Dans le livre Hampaté BA nous narre la naissance de Wangrin ainsi : Wangrin naquit dans un pays à la fois ancien et mystérieux. Un pays où les pluies et le vent sont au service des Dieux. C’était pendant la période la plus chaude, qu’un jour la mère du futur Wangrin  assistée  par une expérimentée (le sage femme traditionnel) s’asseyait et regardait  la future maman, se torde comme une chenille arpenteuse sans intervenir physiquement. Mais la femme expérimentée chantait doucement la mélopée matrimoniale enseignée par Nyakuruba, la déesse de la maternité. Dont voici quelques extraits en mandingue !   

 

Woo y woo y Niakuruba !

A tinti , den wolo manndi Nyakuruba, den ke wolo manndi Nyakuruba a tinti !

Waay waay Nyakuruba , a tinti den wolo manndi Nyakuruba, den muso wolo manndi Nyakuruba!

Eeh Eeh Nyakuruba, a tinti den wolo manndi Nyakuruba den flaa wolo manndi Nyakuruba, a tinti Nyakuruba a tinti, tin bee tinti Nyakuruba a tin tin nta tinti Nyakuruba a tinti!

En François, ça donne!

Wooy  wooy Nyakuruba presse fort, l’enfantement  est laborieux, Nyakuruba, l’enfantement d’un garçon est laborieux, Byakuruba, presse fort!

Waay waay Nyakuruba, presse fort, l’enfantement est laborieux, Nyakuruba l’enfantement d’une fille est laborieux, Nyakuruba, presse fort !

Eeh eeh Nyakuruba, presse fort l’enfantement de deux bébés est laborieux, Nyakuruba, presse fort !

 

Le but de ce chant de la sage femme traditionnel, c’est d’aider la future maman à supporter les  douleurs  de l’accouchement.

Le petit Wangrin est ainsi  né, et le dieu Komo sortit du bois sacré et vint s’exhiber dans la cour du père du petit Wangrin. C’était une manière de recevoir le nouveau né Wangrin dans la communauté. Puis le dieu komo révèle  au son du nouveau né, que l’enfant sera un brillant homme dans la vie, mais qu’il n’ a point   vu sa tombe au cimetière de ses ancêtres, c’est pour dire que Wangrin mourrait loin de son pays natal.

 

Le petit Wangrin fut élevé dans la tradition bamanan, il se promenait nu, petit à petit il apprend comment monter au cheval, à chasser à l’arc…

Il aidait son père au champ, puisait de l’eau pour sa mère et quant il part à la chasse, il ne revient  jamais les mais vides. Dans l’ouvrage, Hampaté BA nous décrit les relations entre Wangrin et le dieu protecteur « Gongoloma Sooké ».

 Alors je crois  vous avoir beaucoup   dit sur l’ouvrage, à vous maintenant de le découvrir plus, pour ceux qui veulent l’acheter cliquez sur ce lien amazon afflilié. 

 

 

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=as_ss_li_til&ad_type=product_link&tracking_id=amadoumaigaco-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2264017589&asins=2264017589&linkId=c172e50c73180d9d7db62b382b408364&show_border=true&link_opens_in_new_window=true

Publicités

Le franc CFA et l’euro contre l’Afrique: le fouet de Nicolas Agbohou contre le CFA!

Publié le Mis à jour le

cfa

franc

Bonjour/ bonsoir chers (es) lecteurs(trices),

Et bienvenus sur votre portail préféré qui vous réveille chaque petit  matin par des infos ciblées et indispensables à notre existence!

Alors, aujourd’hui, le chronique porte sur un autre livre écrit par un  africain  déterminé  à mettre fin à la dépendance monétaire de l’Afrique vis à vis du colon.

Nous savons tous que le développement ça se planifie ensuite la mise en oeuvre qui donnera certainement des effets, soit né…tif ou po…tif. Depuis maintenant plus 70 ans, 15 pays africains bouffent une soi-disant monnaie commune, le franc Cfa. Je précise que  ce n’est pas l’option commune qui fait défaut, mais plutôt les bases sur lesquelles base 7 foutue monnaie de singe,  qui n’est pas d’accord ici?

L’histoire est à la fois une mémoire et une leçon de vie à retenir et à conserver, tous les pays qui se développés, à un certain moment de leur histoire ont décidé de prendre en main leur destin! Quelque soit la ou les conséquence(es)! Mais, il se trouve qu’il y’a un seul endroit encore sur terre, qui jusqu’à là hésite  de prendre 7 décision ultime.

Du coup, la peur, le complexisme et la dépendance… ont gagné un grand  terrain dans le psychose même de décideurs.Donc, aujourd’hui, votre chronique préféré rend visite à un célèbre livre nommé, Le Franc CFA et l’Euro contre Afrique à retrouver sur amazon.

Ok ça commence,

# Biographie de l’auteur

Nicolas Agbohou  est un natif du village de Todiognoa dans la région dDagnoa en Côte D’Ivoire. Nicolas  est titulaire d’une maîtrise en économie appliquée; mais  également d’un Doctorat en science politique . Actuellement, l’économiste est associé à l’institut Cheich Anta Diop de l’Université du Gabon.

# Ce qui a motivé l’auteur!

Alors, plusieurs raisons ont motivé Nicolas Agbohou à écrire ce livre,

raison number One,

-L’auteur s’est lancé dans la prévision pour essayer de voir un danger à venir, car la population africaine d’ici 50 ans sera plus d’2 milliards d’habitants. Pour l’auteur, il faut préparer la vie de ces personne, et ça, c’est dès maintenant! C’est à dire changer la politique monétaire du Continent, car selon lui le développement est impossible sans une réelle politique monétaire.

Number two,

Et la raison 2 de l’auteur, c’est le fait qu’il est   africain, donc qu’il doit faire quelque chose face aux multiples maux de L’Afrique.

# Sujets traités et propositions

Dans cet ouvrage, Nicolas AGbohou nous décline les rouages de la salle  monnaie de singe, le Cfa, créé depuis le 25 décembre 1945 sur le décret 45/0136 du général De Gaule.

D’ailleurs, Nicolas Agbohou n’est pas le seul à dénoncer 7 monnaie, car 30 auparavant, l’économiste camerounais Joseph Tohuidjang Pouemi dans son livre intitulé Monnaie, Servitude et Liberte  que le CFA n’est qu’un instrument de « répression monétaire de l’Afrique », un livre que je vous conseil également.

En plus ce livre il y’a également, Sortir l’Afrique de la servitude monétaire : A qui profite le franc CFA ?  à lire !

Dans ce livre, l’économiste nous explique comment la France gère et commande les 3 bank centrales suivantes:  la BEAC au centre, la BCEAO à l’Ouest  et du Comores. Il nous révèle pleine d’infos ignorées jusque là par la plupart des africains, telles le droit dont dispose la France O sein des 3 Bank centrales citées précédemment etc.

Dans l’ouvrage, Agbohou explique également les 4 principes sur lesquels base le franc CFA, que sont:

-le principe de la centralisation des réserves de change plus connu sur la dénomination de compte d’opérations, qui stipule par exemple que, quand les pays africains en question exportent leurs matières premières pour 100 milliards de dollar us, ils doivent déposer 50% de 7 somme dans le trésor français. Ensuite, le comptable français prend son stylo ou le curseur pour crocher la case « débiteur », et puis c’est fini!

-le principe de la libre convertibilité de CFA/EURO, 3è principe, la fixité des parités à 655f CFA/ 1 euro, et en fin le 4è, c’est la libre transférabilité des capitaux de la zone franc vers la France. C’est à dire la fuite des capitaux!

# Conséquences

Quelles conséquences ces 4 principes portent-ils aux Africains?

Et bien dans ce livre, Nicolas n’a pas massé ses lèvres,

le professeur Agbohou donne dans cet ouvrage plusieurs conséquences parmi lesquelles, l’approvisionnement gratuit de la France de nos matières premières, l’appauvrissement des populations ou encore le controle politique permanent de nos dirigeants par la France… lisez ce livre pour comprendre à 100%!

# Impact du livre 

Avec ce livre, Nicolas Agbohou est venu amplifier encore de plus la lutte contre 7 monnaie pourrie. L’ouvrage a rencontré un incroyable succès en Afrique et dans la diaspora, à tel point que tout le monde noir désavoue le franc CFA, car  c’est dangereux pour la santé!

# Conclusion

Alors, vous qui est en train de lire ces lignes, si vous n’avez pas encore ce livre, c’est maintenant l’occasion pour vous de vous le procurer ici,     alors ne regardez pas le coût, mais plutôt l’importance du livre!

Sur Amazon, cliquez sur ce lien Amazon affilié!  Le Franc CFA et l’Euro contre Afrique.

Alors, vous voulez continuer à être informé de mes articles, abonnez-vous à droite vite!

Nations nègres et culture: résumé d’un livre unique à lire impérativement!

Publié le Mis à jour le

culturediop

Hééé…!

Bonjour/  lecteurs (trises) ça fait vraiment un grand bail, ne vous inquiétez pas je suis en fin de retour pour de bon!

Au fait,je préparais mon mémoire de fin d’année, voila la causse.

Alors comme, j’ai longtemps entendu et vu une certaine phrase, selon laquelle, l’africain n’aime pas lire ou ne lit pas!

Mais je vois la nouvelle Génération africaine veut et commence à s’intéreser à la lecture, car tous les nations qui se développées, l’ont été sur  la base du savoir diversifié.

Ou bien, y’ quelqu’un qui pourra dire le contraire!

C’est pourquoi sur ce blog, j’ai désormais décidé de vous proposer de chroniques sur les meilleurs ouvrages/livres africains sur divers domaines, vous permettant de découvrir et de lire ces livres instructifs.

Pour commencer, c’est l’histoire et le savant africain et universel, je nomme Pr Cheich Anta Diop que nous connaissons tous. Je débute ce chronique sur l’ouvrage le plus pertinent du savant sénégalais.

Mais avant ça, un peu sur sa biographie.

# biographie

Cheikh Anta Diop est né le 29 décembre 1923 à Thieytou, dans le département de Bambey, région de Diourbel (Sénégal). À l’âge de 23 ans, il part pour Paris afin d’étudier la physique et la chimie mais se tourne aussi vers l’histoire et les sciences sociales. Il suit en particulier les cours de Gaston Bachelard et de Frédéric Joliot-Curie.Ensuite,  il adopte un point de vue spécifiquement africain face à la vision de certains auteurs de l’époque selon laquelle les Africains sont des peuples sans passé.

# chronique et résumé du livre Nation nègre et culture

 OBJET DU LIVRE

Le savant sénégalais choqué de lire et d’entendre chaque jour, l’Afrique n’a pas d’histoire et de civilisation, a décidé par cet ouvrage de mettre fin à toutes ces pensées injustices et racistes.

Dans cet ouvrage, Cheikh Anta Diop   met  l’accent sur  l’apport de  l‘Afrique noire à la culture et à la civilisation universelle. Grâce aux témoignages de plusieurs  savants et historiens grecs  comme : Hérodote, Diodore, Milet, etc. Et aussi grâce  aux témoignages de la bible en se basant sur les études faites sur le  peuple juif qui aurait eu un contact avec la civilisation Égyptienne. Car c’est prouvé  que les égyptiens anciens  étaient des nègres.

Mais cette réalité longtemps   falsifiée par l’occident qui a situé l’origine  de  la civilisation à l’Asie. Mais des preuves logiques et scientifiques qu’on trouvent dans cet ouvrage monumental, montre  que tout ce qui a été théorisé par   l’occident  est erroné et  car grâce à ce livre on sait désormais  que la civilisation européenne même est une civilisation négro-africaine.

Et  grâce à ce livre,  les Africains et le monde entier s’est rendu  compte que  de l’origine de  l’Egypte antique et de la civilisation universelle sont  NOIRES.

IMPACT DE L’OUVRAGE

Et bien avec la venue de ce livre, le monde afro a retrouvé une certaine confiance en lui, parce-que pendant tout une période, on nous a fait croire qu’on n’a pas d’histoire ou qu’on a rien créé!

Aujourd’hui, on peut le dire haut et fort qu’on a une histoire riche de haut et de bas comme tous les peuples du monde. Ce livre a véritablement impacté l’univers afro qui était perdu entre traite négrière et esclave.

SUJETS TRAITES ET PROPOSITIONS

L’ouvrage paru en 1954 grâce à la maison d’éditions Présence africaine;  dresse le chemin de la renaissance africaine  en vue d’une indépendance portée par un Etat fédéral africain. Embrassant l’Afrique pré coloniale jusqu’aux civilisations antiques d’Egypte ancienne, d’Ethiopie, de la Nubie, du Zimbabwe…

Le livre, nations nègres et culture nous montre de A à Z  l’origine même de l’Homme donc de l’Humanité. Et cela Cheick Anta Diop l’avait démontré devant le monde entier lors du colloque du Caire en 1974. En plus de cela, l’ouvrage nous montre que des  domaines tels que, les sciences, la philosophie, l’art… Ont toujours existé dans l’Afrique profonde.

Les informations du livre ont largement contribué à résoudre les tentions collectives causées par la traite négrière et l’esclavage.

CONCLUSION

Alors nous, jeune et nouvelle G….ration africaine, nous devons lire et apprendre 4 fois que les autres pour  compenser notre retard gigantesque. Par cet ouvrage, le savant africain du 20è siècle a réussi à corriger et  à redonner à l’Afrique et aux africains la vérité  place qu’elle a toujours occupée dans la marche du monde.

D’ailleurs voila ce que Aimé Cesaire disait à propos de l’ouvrage  dans son célèbre Discours sur la colonisation

le livre le plus audacieux qu’un nègre ait jamais écrit

Donc un conseil suprême, vous devez lire ce livre impérativement. Pour cela cliquez sur ce lien Nations nègres et culture pour le procurer ( sur Amazon).

A coté de cet ouvrage, cheick Anta Diop en a sorti également d’autres comme

Civilisation ou barbarie  ou L’Afrique noire précoloniale : Etude comparée des systèmes politiques et sociaux de l’Europe et de l’Afrique Noire, de l’Antiquité à la formation des Etats modernes .

Alors, pour continuer à recevoir régulièrement mes chroniques sur les  livres africains les plus pertinents, abonnez-vous à ma newsletter en donnant votre email.

Donc au revoir pour un prochain chronique d’un autre livre africain indispensable!

Alors, ne regardez pas le coût du bouquin, mais plutôt les informations que contiennent ces ouvrages pour votre culture générale!

Ou procurez-vous ce livre ici: